Par J. Eyrien-Amaître et F. Bayle et Tétois

Cauchemar de styliste, le look dinde-moumoute s'est répandu sur la planète bleue comme une traînée de poudre libre sur un visage luisant.

Vous rêvez de détenir la recette de l'empoisonnement vestimentaire et cosmétique ultime ? Prenez une jeune terrienne mal assurée, au regard ovin/bovin/porcin, c'est selon. Collez-lui sur le crâne, selon l'épaisseur et la longueur de son pelage, une moumoute ou un brushing-casque bien cartonné (attention, la chevelure, ne doit pas bouger, y compris par vent de force 4). N'omettez surtout pas la frange épaisse d'un bon centimètre, au ras des yeux. Présentant l'avantage de tenir chaud en hiver, ce subtil détail lui évitera, en plus, de s'épiler trop souvent un sourcil broussailleux.

Côté maquillage, tout est permis, à condition que ce soit épais, grossier et semblable à ce que porte la jeune dinde-moumoute d'à-côté, l'idéal étant un make up total paraben.

Les vêtements veilleront à montrer plutôt qu'à suggérer. Prenez-les une taille en-dessous, de façon à ce qu'ils boudinent délicatement l'abdomen et la chute de reins. Les jupes et pantalons seront en peau de sans-papier recyclé extensible de chez Yves Enchie (développement du râble oblige). Comme "tous les ragoûts sont dans la nature", aucune couleur, dans cette bouillabaisse chromatique, ne supplantera les autres cette saison.

Enfin, pour les accessoires, fondez (comme votre compte en banque) pour des sacs hors de prix à paillettes, des ceintures-breloques qui font gling-gling et surtout, les ballerines à talon aiguille, choisies, elles aussi, trop petites d'une ou deux tailles pour bien marquer la chair.

Le reportage ayant été en partie réalisé au Kosystan, aux Etats Punis d'Ame Epique ainsi qu'au Sultanat Glacial Pré-Arctique, nous ne pourrons vous montrer aucune image de ce reportage. En effet, nos films, pellicules et cartes mémoire ont été détruits par les milices locales. Cependant, vous pourrez retrouver toutes les tendances sur les magazines ICI PAPY, Transe des Manches et consorts (enfin, qu'on préfère cacher).