Par Quentin le Thurel

La grippe de cochon mexicain (qui n’y est en fait pour rien) effraie le monde. C’est pour cela qu’au Kozystan sévit en ce moment une grave épidémie de sinistrose bactériologique. Une  situation qui a entraîné d’importants bouleversements dans le comportement du bon peuple.

Considéré il y a encore peu de temps par la majorité des gens comme une coquetterie, le lavage des mains après passage aux toilettes est en passe de devenir monnaie courante (et beaucoup moins grouillante, du coup). Car de peur de contracter la « Grippa », les Kozystannais se décrassent.

Une aubaine pour qui fabrique de la savonnette, un soulagement pour ses plus grands adeptes : le pays succombe à la tendance du « Clean by mistake ».

Tout cela nous conduit à une interrogation : et la cupidité et la crédulité étaient en fait des composés organiques ? Si tel était le cas, ne pourrions-nous pas parler valorisation de la biomasse ? Un concentré de connerie humaine recyclée, avec, à la clé, un bénéfice précieux : l’élévation de l’hygiène au rang de valeur !

Brillant. Comme un front d’adolescent.