Contrées d’hérétiques, le Kozystan, les Etats Punis d’Ame Epique, mais aussi moult autres impies, insensibles au saint calendrier baudelairien, célèbrent en ce moment, la nouvelle année. Notre réfugié Kozystanais, Célestin Frey revient sur cette curieuse tradition qui l’a souvent mis dans l’embarras, en partageant avec vous la carte de vœux qu’il n’enverra pas mais presque.




Je te souhaite un joyeux Noël

Avec des cadeaux à la pelle

De beaux moments,

Chants à la con et bons sentiments.


Je te souhaite une bonne année

Pleine de douceur, de félicitée

Force d’argent et surtout de santé

Même si je sais que tu vas en chier.


Je te présente mes bons vœux

Dégoulinants de sincérité

Avec une carte qui coûte la peau des yeux

Ô combien précieux pour pleurer !


Je te souhaite une bonne année

Puissent tes souhaits se réaliser

Mais il me semble t’insulter

Car cette année, tu te demandes si tu vas la passer.